Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 19:20

 

 

Des circoncisions tuent 20 garçons en Afrique du Sud

 

http://news.bbc.co.uk/2/hi/world/africa/10350471.stm

 

 

 

Circumcisions kill 20 boys in South Africa

 

 

Des circoncisions tuent 20 garçons en Afrique du Sud

Vendredi 18 juin 2010, Royaume-Uni

South African boys at initiation school (file photo)

 

La circoncision fait partie de l'initiation à la virilité pour certaines communautés

 

Vingt garçons sud-africains sont morts suite à des circoncisions ratées dans la province du Cap-Oriental

Les décès sont survenus dans les 12 derniers jours, dont neuf pendant les dernières 24 heures", a déclaré un porte-parole des autorités sanitaires de la province.

Environ 60 garçons ont été sauvés : ils venaient de 11 écoles d'initiation qui depuis ont été fermées.

La circoncision est considérée comme un rite de passage à l'âge d'homme dans certaines communautés sud-africaines.

C'est une pratique commune dans les communautés Xhosa et Ndebele.

Cependant, le roi zoulou Goodwill Zwelithini veut la réintroduire chez les Zoulous à cause de rapports affirmant que la circoncision médicale peut diminuer les chances de contracter le SIDA.

Les garçons rescapés ont été transportés à l'Hôpital Académique  Nelson Mandela à Mthatha.

" Tous sur les 60 ont des blessures infectées et sont déshydratés," a déclaré le porte-parole des autorités sanitaires du Cap-Oriental Sizwe Kupelo, selon l'agence de presse Sapa .

Quatre des garçons doivent même être amputés complètement de leurs parties génitales, sinon ils risqueraient la mort. Nous attendons seulement le consentement de leurs parents pour accomplir les procédures médicales.

Problèmes de poursuites judiciaires 

Les écoles d'initiation illégales sont devenues courantes au Cap-Oriental, particulièrement dans les zones rurales.

Des chirurgiens non enregistrés les établissent souvent pour faire de l'argent, dit Pumza Fihlani, correspondant de la BBC à Johannesburg.

Cette semaine,  sept initiés mineurs ont été sauvés, venant d'une école d'initiation illégale dirigée par un chirurgien traditionnel non-enregistré de 55 ans qui avait été arrêté plusieurs fois pour le même délit.

"Récemment, il s'est vu infliger une suspension de trois ans mais il a continué à faire la même chose. Ces cinq dernières années, près de 20 initiés sont morts dans ses écoles et 15 ont été amputés de leurs pénis ," a dit le Département de la Santé du Cap-Oriental.

Les responsables du Département de la Santé vont rencontrer la police, les membres du Département de la Justice et les procureurs pour discuter des poursuites judiciaires contre ceux qui enfreignent la Loi sur la Circoncision Traditionnelle, laquelle règlemente la coutume dans la province, selon l'agence Sapa.

Le principal problème est que les parents sont réticents à poursuivre en justice les chirurgiens traditionnels illégaux qui parfois forcent leurs enfants à la circoncision à un très jeune âge," a déclaré M. Kupelo.

"Nous identifions les coupables, mais si les parents ne sont pas décidés à engager un procès contre eux, on les libère et ils continuent illégalement à circoncire et à tuer ces garçons."

La plupart des initiations sont effectuées soit en juin - juillet, soit en novembre - décembre.

L'année dernière, 91 initiés sont morts et des centaines ont été hospitalisés dans la province.

____________________________________________________________________________________________________

 

 

 http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2010/06/16/article_circoncision-tergiversations-judiciaires.shtml

 

Circoncision : tergiversations judiciaires autour de la mise en danger d'un bébé

 

mercredi 16.06.2010, 05:10 - La Voix du Nord


COUR D'APPEL DE DOUAI

La justice a de nouveau relaxé, hier, un homme jugé pour une circoncision presque mortelle. ...

 

Comme le tribunal de Lille en 2009, la cour d'appel de Douai n'a rien retenu, hier, contre Mazen M., 54 ans, qui, en 2006, avait pratiqué, à domicile, une circoncision rituelle sur un bébé de 15 jours. Le petit avait dû être hospitalisé. « À une demi-heure près, il était mort », rappelle Abderrahmane Hammouch, l'avocat des parents. À Lille comme à Douai, la version de Mazen M. ne change pas. Il a « expliqué les précautions à prendre aux parents ».

Le fond du dossier s'est cependant rapidement déplacé. Mazen M. était attaqué pour pratique illégale de la médecine. L'homme n'est pas inscrit au Conseil de l'Ordre. En même temps, titulaire de diplômes étrangers, il officie... dans des hôpitaux de régions enclavées. Des hôpitaux français.

Rituel ou médical ?

L'autre question tourne autour de la circoncision elle-même. S'agit-il d'un acte médical ou purement rituel ? Dans le cas où la seule motivation confessionnelle serait retenue, est-il pour autant concevable d'attaquer la chair d'un individu (ici, un bébé) avec de possibles conséquences pour sa santé ? À Lille, les débats avaient été âpres entre le parquet et le président Gérard Flamant pour qui : « En France, la circoncision est un acte médical et uniquement dans un cadre thérapeutique. La loi ne prévoit pas que la circoncision puisse être pratiquée pour d'autres raisons, y compris religieuses. On ne peut que constater une espèce de tolérance. » Évoquant une « pratique coutumière non assimilable à un acte médical », le procureur Créon avait requis la relaxe.

À peine nommé, son supérieur, Frédéric Fèvre fera appel... de ladite relaxe. À Douai, la position de l'avocat général Patrick Leleu sera aux antipodes de celle de son collègue lillois. La réaction de Florence Meilhac, l'avocate de Mazen M. : « Il y a tolérance coutumière du droit français en raison du fait religieux ! On n'a jamais vu un rabbin, un parent ou un pratiquant musulman être traîné devant des juges pour avoir pratiqué une circoncision ! D'ailleurs, le geste médical n'est pas celui pratiqué pour l'acte rituel ... » La suite est connue.

Pour la famille du bébé, Abderrahmane Hammouch espère dorénavant convaincre le procureur général de se pourvoir en cassation. •

LAKHDAR BELAÏD

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

http://www.nordeclair.fr/Actualite/2010/06/16/cour-d-appel-de-douai-l-auteur-de-la-cir.shtml

 

JUSTICE
L'auteur de la circoncision ratée de Tourcoing relaxé

Publié le mercredi 16 juin 2010 à 06h00
La cour d'appel de Douai a confirmé hier après-midi la double relaxe obtenue à Lille par l'auteur de la circoncision ratée à Tourcoing.

Un bébé, le 20 janvier dernier, avait pourtant failli mourir.

 

Les motivations écrites du président Jean-Baptiste Avel, quand elles seront connues, seront examinées attentivement car la position de la cour d'appel peut sembler effectivement étonnante. D'ailleurs, le 5 mai dernier, lors de l'examen de l'affaire à Douai, l'avocat général Patrick Leleu l'avait déclaré d'entrée de jeu : « Le jugement de Lille, qui relaxe, est incompréhensible ».
De quoi s'agit-il ? Mazen M., 55 ans, qui affirme avoir des diplômes algériens mais dont la qualité de médecin n'est pas reconnue en France, pratique des circoncisions sur des bébés en dehors de tout cadre hospitalier, pour une somme de 150 euros.
Un bébé de quinze jours avait donc été circoncis dans l'après-midi du 19 janvier 2006 par Mazen M. L'opération est effectuée dans la salle à manger d'un modeste logis tourquennois.
Sauvé in extremis
Problème : l'enfant ne cicatrise pas, perd son sang petit à petit et devient de plus en plus léthargique. Le lendemain, le père, sentant que son bébé va passer de vie à trépas, le conduit au CHR de Lille. On le sauve in extremis, les experts sont d'accord là-dessus. L'affaire est signalée, les parents portent plainte.
La position de Me Florence Meilhac, qui défend Mazen M., l'emporte à Lille : pour l'avocate, il s'agit d'un rituel toléré qui n'a rien à voir avec la médecine.
En revanche Me Abderrhamane Hammouch, pour les parents, se scandalise : « Des parents se placent sous la protection des lois de la République parce que leur bébé a failli mourir et on leur dit qu'il ne s'est rien passé ! C'est incompréhensible ! » À Lille dans un premier temps, à Douai hier, Mazen M. a donc été innocenté des incriminations de « blessures involontaires » et « exercice illégal de la médecine ».
Espérons qu'on n'aura pas bientôt à reparler de cette position de la justice quand un bébé décédera des suites d'une circoncision ratée sur une table de cuisine...

DIDIER SPECQ

 

 

mais c'est une pratique ancestrale !

Alors circuler il n'y a rien à voir ou à redire, puisque les coutumes, les rituels ... c'est sacré !

Aujourd'hui, il est question d'une loi européenne pour interdire la fessée aux enfants.

La circoncision, ce n'est pas une fessée, c'est une coutume, je vous le redis pour bien l'intégrer dans votre crâne !

La circoncision ; une attente à l'intégrité physique des enfants, mais c'est un rituel initiatique pour devenir ... un homme, comprenez le bien.

La circoncision doit continuer à être autorisée, car vouloir l'interdire pourrait être classé comme de l'antisémitisme (pratiquée principalement par les Juifs et Arabes (musulmans)) ! Alors ne sombrez pas dans cet ignominie.

Alors longue vie à la circoncision !!!

 

A moins que ... si la circoncision n'existait pas et qu'une "secte" quelconque introduisait ce rituel, alors là ... il se pourrait que beaucoup de personnes seraient scandalisés (c'est le cas de le dire) par cette pratique sur les enfants.

 

Conclusion: comme au temps de la Fontaine : "les animaux malades de la peste" : les jugements de Cour ou populaires, d'aujourd'hui, sont à géométrie variables selon le niveau que la maladie de la peste, de La Fontaine a atteint le cerveau de la population !

La barbarie coutumière se légalise avec le temps et les humains (inconscients) perpétuent ce rituel en le sacralisant; c'est ainsi que l'on "élèvent" et mutilent les enfants.

Une chose sera jugée bonne ou mauvaise selon son niveau d'ancienneté et de son nombre d'adeptes ...infestés par la peste du " nos ancêtres ont toujours fait comme ceci".

Pour ce qui est de la conscience, du pensez par soi même, ce qui permet à l'Homme d'accéder au rend d'humain, nous verrons ceci plus tard... mais pas trop tard,  j'espère !

 

Excision, circoncision : pratiques barbares des temps de croyances inconscientes et inhumaines.

Repost 0
Published by lovyves - dans société
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 09:38

 

Marianne2  Jeudi 6 Mai 2010

Attali veut plus d'Europe. Et moins d'élections ?

Source :http://www.marianne2.fr/Attali-veut-plus-d-Europe-Et-moins-d-elections_a192526.html

 

Ce qu'a dit Attali (pas repris par l'article de Marianne) :

Attali à France Inter :"... à la Grèce, on lui demande de faire des économies, sans faire des économies sur son budget militaire, qui est le plus élevé du monde, je dis bien du monde; tout simplement, parce que, supposé, la Grèce pourrait avoir une menace militaire des Turcs ou des Bulgares, ce qui est surréaliste. Et aussi, parce que les armes que les Grecques achètent, ils les achètent à nous. ..."

Voir : http://upload-1.vip.dailymotion.com/video/xd7clz_jacques-attali-france-inter_news

 

 

Déclarations de Cohn Bendit 07 mai 2010

Cohn-Bendit affirme que Paris aurait conditionné l'aide à la Grèce à des contrats militaires

Source : http://levif.rnews.be/fr/news/actualite/international/cohn-bendit-affirme-que-paris-aurait-conditionne-l-aide-a-la-grece-a-des-contrats-militaires/article-1194728292941.htm

 

 

Du procès de Charlie à celui de l'integrisme 09/02/2007

Source :http://www.liberation.fr/instantane/010193554-du-proces-de-charlie-a-celui-de-l-integrisme

Denis Jeambar directeur de l'Express, démissionne après avoir publié les caricatures de Mahomet, ceci contrariait les négociations de ventes d'armes à des pays Arabes.

18 heures Denis Jeambar, ex-directeur de l'Express, réserve de son côté une surprise : «J'avais pris la décision de publier ces caricatures [...]. En février 2006, un mardi soir, vers 21 h 40, j'ai été contacté par un actionnaire. Il m'a demandé : "Allez-vous publier les caricatures ?" Je lui ai répondu : "Naturellement." "Il faut arrêter tout ça", m'a-t-il dit. Je lui ai indiqué qu'il aurait à en assumer les conséquences : ma démission et les pertes entraînées par la non-parution du journal.» Un avocat lui demande l'identité de cet actionnaire. Réponse : «M. Serge Dassault.»

 

Pas repris dans les jours qui ont suivi, par les journaux (CQFD).

Donc, toute la presse Française fait de l'autocensure au sujet de la vente d'armes et des budgets militaires.

 

Faire des armes, les utiliser, ici ou ailleurs, puis reconstruire !

Voilà ce qui nous coûte le plus cher!

Mais il faut croire que ces dépenses sont "chères" à certains !

 

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 07:56

 

 

 

 

 

LEMONDE International

 

Le discours du président iranien boycotté à l'ONU

 

LEMONDE.FR avec AFP | 03.05.10 | 18h41  •  Mis à jour le 03.05.10 | 22h54

 

AP/Richard Drew

 

Cette conférence sur la non-prolifération nucléaire vise à progresser en matière de désarmement et à renforcer la surveillance des programmes nucléaires dans le monde.

Premier acte d'une journée qui pourrait tourner au bras de fer entre la chef de la diplomatie américaine et Mahmoud Ahmadinejad, plusieurs délégations occidentales, dont les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ont boycotté le discours du président iranien, lundi 3 mai, en quittant la salle lorsqu'il est arrivé à la tribune, à l'ouverture de la conférence de suivi du traité de non-prolifération (TNP) à l'ONU.

Mahmoud Ahmadinejad s'en est pris violemment aux pays dotés de l'arme nucléaire, notamment les Etats-Unis, les accusant de menacer le monde de ces armes. "Comment les Etats-Unis peuvent-ils être membres du conseil des gouverneurs [de l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique] alors qu'ils ont utilisé l'arme atomique contre le Japon ?", a-t-il lancé, accusant également Washington d'avoir utilisé des armes à uranium appauvri pendant la guerre d'Irak.

Le président iranien a également réclamé, dans le cadre d'une réforme du TNP, "la création d'un groupe international indépendant, tenant son autorité de la conférence". Ce groupe, a-t-il dit, "devra fixer une date butoir pour l'élimination totale des armes nucléaires, avec un calendrier précis".

DES ACCUSATIONS "ÉCULÉES, FAUSSES ET DÉLIRANTES"

Quelques heures après le discours du président iranien, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a rejeté des accusations "éculées, fausses et délirantes". La secrétaire d'Etat a par ailleurs mis en garde les Etats qui violeront les règles du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) : "Les violateurs potentiels doivent savoir qu'ils paieront le prix fort pour leur non-respect des règles" a-t-elle dit.

Cette conférence quinquennale sur le TNP, qui vise à progresser en matière de désarmement et à renforcer la surveillance des programmes nucléaires dans le monde intervient, alors que le Conseil de sécurité débat d'un projet occidental de nouvelles sanctions contre l'Iran pour son programme nucléaire controversé. Les Occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter secrètement de l'arme atomique, alors que Téhéran assure que son programme d'enrichissement d'uranium est uniquement civil.

Le chef de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé l'Iran à se conformer pleinement aux résolutions du Conseil, qui exigent la suspension de ses activités d'enrichissement d'uranium et une coopération totale avec l'AIEA pour rassurer le monde sur la nature pacifique de son programme nucléaire. Il a exhorté Téhéran à accepter l'échange de combustible nucléaire proposé par l'AIEA en octobre dernier, affirmant que "ce serait une importante mesure de rétablissement de la confiance".

Cette solution est dans l'impasse, l'Iran insistant pour que l'échange de matériels s'effectue en une seule fois et sur son sol, ce qui est rejeté par les autres puissances. Le chef de l'AIEA, Yukiya Amano, a affirmé lundi devant la conférence que son agence était incapable de confirmer que toutes les activités nucléaires iraniennes étaient pacifiques.

Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2010/05/03/non-proliferation-nucleaire-la-france-les-etats-unis-et-la-grande-bretagne-boycottent-le-discours-du-president-iranien_1346127_3210.html

 

 

Milton Dassier sur l'actu

Mardi 4 mai 2010 2 04 /05 /2010 03:39

A l'ONU, l'Iran boycoté par 8 pays mais soutenu par 117!

 

Mort de rire les amis! J'adore l'arrogance de certains pays occidentaux.

Et quand la presse de ces pays reprend une info qui n'en est pas une, en lui donnant une importance qu'elle ne mérite pas, je pouffe.

Il faut lire la presse française et ses titres:  

Le Monde : "Le discours du président iranien boycoté à l'ONU"

Et dans un autre article, Libé: "ONU, le président iranien vocifère dans le vide"

Mazette, quelles gazettes!

Je me précipite pour en savoir plus et là, stupeur, j'apprend qu'Ahmaninejad a fait un discours virulent mais sans s'en prendre durement à Israël. Non cette fois, sa cible était les puissances nucléaires occidentales. Alors, des délégations ont quitté la salle en plein discours. Combien de délégations? Euh eh bien, laissez-moi le temps de compter..

Les Etats-Unis, ça fait une. La Grande-Bretagne, ça fait deux. La France, trois! Le Maroc, quatre! L'Allemagne, cinq! La Finlande, six! La république tchèque, sept! Le Canada, huit!

Sans doute y en a-t-il quelques autres.

Huit délégations sur un total de 192! Les autres, donc 184 délégations dont celle de la Chine, de la Russie, de l'Inde..etc, ont poliment applaudi le discours du président iranien.

 

Mais qu'a-t-il dit pour provoquer le courroux des boudeurs?

Il a dit que les USA et les puissances nucléaires étaient une menace pour le monde. Putain, c'est osé, personne ne le savait!

Il a demandé la création d'une instance indépendante pour veiller à l'élimination de toutes les armes nucléaires. Plutôt du bon sens non?

Il a rappelé que les Etats-Unis avaient utilisé l'arme nucléaire deux fois au Japon en 1945 et que c'était mal. Il a ajouté qu'ils avaient utilisé des armes à  uranium appauvri pendant la guerre en Irak et que c'était mal aussi.

Pour cela, il a demandé que les puissances nucléaires qui avaient déjà utilisé l'arme atomique ou menacé de le faire comme viennent de le faire les Etats-Unis contre l'Iran,  soit exclu des instances dirigeantes onusiennes sur le désarmement nucléaire et de 'lAIEA.  Il est dans son jeu, sa com' mais pas si insultant ou menaçant qu'on a coutume de le montrer.. non?

 

Il a accusé des pays occidentaux d'aider Israël à améliorer son arsenal nucléaire violant ainsi l'article 31 du traité de non prolifération.. Quoi! Des pays occidentaux violent le traité de non prolifération nucléaire tout en accusant l'Iran de vouloir le faire. Mais..mais..m..mmais c'est mal!  

Tiens, tiens. Il parait qu'officiellement, Israël n'a pas l'arme nucléaire...

Le Washington Post estime le nombre d'ogives nucléaires de l'état hébreu à 200. Soit plus que la Grande-Bretagne et presqu'autant que la France...

 

Et on apprend qu'avec 117 pays, l'Iran va déposer une résolution qui demandera officiellement à Israël de ratifier le traité de non prolifération nucléaire... Innacceptable pour l'occident!

Oui vous avez bien lu: 117. 117 pays sur 192 sont d'accord avec l'Iran, 8 ont boudé le discours, les autres comptent les points. La presse française y verra une grande victoire de la diplomatie de la fermeté de Nicolas Sarkozy!

 

Même si je ris, je ne vais pas jouer les naïfs. J'ai bien compris que l'Iran fait dans la même hypocrisie que les autres. Et c'est bien cela qui leur pose problème. L'Iran avec l'arme nucléaire fera comme les autres. Elle se sentira protégée grâce à la même politique de dissuasion que la France. Sûre de sa force, elle pourrait même s'assagir dans ses prétentions comme l'Inde ou le Pakistan jusqu'à une date récente. Le Pakistan qui soit dit en passant subit de sacrés problèmes sans que sa bombe constitue une menace pour le monde. Enfin pour l'instant!

 

Un Iran pesant plus sur la scène internationale, voilà ce qui déplait aux occidentaux nucléarisés!

Et ceux-ci ne trouvent pas d'autre attitude politique que de théatraliser leur désaccord.

Si c'est comme au théatre, alors, on peut rire !

 

Source : http://miltondassier.over-blog.com/article-a-l-onu-l-iran-a-ete-boycote-par-8-pays-mais-soutenu-par-117-49765635.html

 

 

L'image et le commentaire peuvent être vrais.

Et pourtant ce vrai, est un déni de la réalité.

Le vrai et la réalité  s'opposent en ce cas.

A moins que le boycotte de un, huit ou un peu plus de pays soit plus important que le non boycotte de cent autres pays.

Pourquoi pas !!!

Mais alors il faut le dire à la tribune de l'ONU; l'avis, le comportement et les intérêts de quelques pays (dominants) font force de lois.

L'ONU représente les pays du monde et sont fonctionnement est typiquement dictatorial.

Rien de nouveau sous le soleil, seul l'habillage (démocratique) change; car aujourd'hui il est de bon ton de se dire démocratique (voire populaire)... part ci, part là, partout.. C'est à dire nul part.

Repost 0
Published by lovyves - dans société
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 10:03

Nouvelles peurs !!!

La mode du jeûne inquiète les antisectes

Le concept du jeûne thérapeutique progresse en France. La Miviludes, mission antisectes, tire la sonnette d’alarme.

 

 

HÉLÈNE BRY | 07.04.2010, 07h00

Ils ont signé un chèque à trois, voire quatre chiffres… pour ne rien manger pendant une semaine, boire des litres d’eau, de tisane et de bouillon et marcher pendant des heures. La mode du jeûne n’est plus réservée aux stars venues se « détoxiner » à prix d’or dans quelque clinique suisse ou italienne. L’expérience qui reste assez extrême se généralise en France, où des dizaines de stages associant jeûne et randonnée accueillent, surtout en Bretagne et dans le Sud, des cadres stressés, des décideurs ou de simples quidams assoiffés de pureté.

En prime, ils ont droit à des conférences pseudo-scientifiques sur les bienfaits de sept jours de purge et à divers soins, comme « l’hydratation du côlon » (en clair, un lavement).
Dans son rapport annuel dévoilé aujourd’hui, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) s’inquiète de cette vogue du jeûne qu’elle juge propice aux dérives sectaires. La Mission dénonce le discours jusqu’au-boutiste de certains, comme « l’initiateur de l’opération Croisade pour la
santé » qui « depuis deux ans organise pendant l’été une marche de deux semaines sur plusieurs centaines de kilomètres »… sans manger. Selon la Miviludes, ce naturopathe qui se déclare « messager de l’espoir et de la vie saine » aurait déclaré : « La nourriture est une addiction de l’être humain. Nous n’avons pas besoin de manger, c’est un manque que nous nous créons. » Ne pas manger est loin d’être anodin : « Au bout de soixante-douze heures de jeûne, vous faites entrer votre organisme en état de déficit immunitaire, explique le nutritionniste Jean-Michel Cohen. Après trois jours, les muscles nobles, les reins, le coeur souffrent. »
La grande crainte de la Miviludes est surtout que les militants du jeûne ne dérapent en affirmant que la privation de nourriture peut soigner. Ils gardent en tête une histoire tragique, racontée dans un livre bouleversant* : en 1997, Evelyne M., 32 ans, mourait d’un cancer du sein après avoir arrêté sa chimio sur le conseil de médecins adeptes du Mouvement du Graal. Ils lui avaient prescrit vingt et un jours de jeûne. Elle laissait derrière elle deux petits orphelins aujourd’hui âgés de 16 et 19 ans.
* « Ils ne m’ont pas sauvé la vie » d’Antoine Guélaud, Ed. du Toucan, 18 €.

 

Source :http://www.leparisien.fr/societe/la-mode-du-jeune-inquiete-les-antisectes-07-04-2010-876680.php

 

 

 

Mon commentaire par internet au Journal:

 http://www.leparisien.fr/societe/la-mode-du-jeune-inquiete-les-antisectes-07-04-2010-876680.php

Bonjour

Oui, tout à fait inquiétant cette mode du jeûne.

C'est ce que pratiquent les animaux lorsqu'ils sont malades ou accidentés, ils se cachent, ne bougent plus et jeûnent jusqu'à la guérison ... ou la mort, parfois.

Plus inquiétant et bouleversant encore, c'est le livre d'Antoine Guélaud « Ils ne m’ont pas sauvé la vie », il est en contradiction avec un arrêt de la Cours d'Appel de Douai : Le docteur Guéniot blanchi par la cour d'appel de Douai, voir Nordéclair et autres journaux.

Vraiment très inquiétant tout ceci, c'est à me couper l'appétit... de croire ce que l'on me dit.

Y.T.

 
Réponse du "Parisien" :
 

Sujet:

votre message a été rejeté

Date :

Wed, 07 Apr 2010 15:16:34 +0200

De :

le forum de leparisien.fr <moderation@leparisien.fr>

Pour :

yves.terouinard@noos.fr

Bonjour Lovyves,
 
Votre message et/ou contenu n’a pas été publié. 
En effet, après relecture et avant la mise en ligne, 
l’équipe du Parisien/Aujourd’hui en France a considéré 
qu’il était contraire à la ligne de conduite de notre site internet.  
 
Cordialement
 L'équipe de modération leparisien.fr
 
 
Re-courrier sans réponse actuellement :

moderation@leparisien.fr
Bonjour Monsieur (ou Madame)

Pourrais je savoir quelle est la "ligne de conduite" du Parisien?

Car il semble que mon commentaire était tout à fait correct et respectueux !

Merci

Sincères salutations
Y.T.
 
pour en savoir plus sur cette affaire :
http://www.coordiap.com/tribune-libre-la-verite-dr-gueniot-5989.htm
A Vous de juger !!!

 

Repost 0
Published by lovyves - dans société
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 00:36

 

29 mars 2010 à 12h45

L'aide à l'Afrique, une drogue néfaste ?

L'aide au développement accroît la pauvreté, encourage la corruption et est source de conflits. C'est la thèse iconoclaste d'une jeune économiste zambienne. Son livre suscite le débat au sein des ONG belges et des milieux européens.

Dambisa Moyo, auteure de l'Aide fatale

Dambisa Moyo, auteure de l'Aide fatale © P.G.

Un gros pavé dans la marre ! Dambisa Moyo, choisie parmi les femmes les plus influentes de notre époque par le magazine Time, peut se vanter d'avoir remué les consciences, de Londres à Nairobi et de Bruxelles à Kinshasa. Des responsables d'ONG belges avouent que Dead Aid , son livre provocateur sur les ravages de l'aide à l'Afrique, les a interpellés. Tout aussi troublé, l'eurodéputé Louis Michel, ex-commissaire européen au Développement, s'est procuré une dizaine d'exemplaires de la traduction française du livre (1), parue fin 2009, pour les distribuer à ses visiteurs.

La jeune auteure, originaire de Zambie et établie dans la capitale britannique, ne manque pas de références : diplômée en économie d'Oxford et de Harvard, elle a travaillé pour la Banque mondiale, avant d'entrer chez Goldman Sachs, l'une des banques les plus puissantes (et controversées) de la planète, où elle est chargée de la stratégie économique internationale. Chiffres et exemples à l'appui, elle affirme que l'assistance financière a été et continue à être, pour une grande partie du monde en développement, un désastre économique, politique et humanitaire.
Pourquoi, demande-t-elle, la majorité des pays subsahariens « se débattent-ils dans un cycle sans fin de corruption, de maladies, de pauvreté et de dépendance », alors que les pays riches ont déversé plus de 1 000 milliards de dollars d'aide sur l'Afrique au cours des cinquante dernières années ? Entre 1970 et 1998, quand le flux de l'aide à l'Afrique était à son maximum, encouragé par l'industrie du spectacle (Live Aid...), le taux de pauvreté des populations s'est accru d'une façon stupéfiante.

L'intuition de Dambisa Moyo est que l'octroi de dons et de prêts à des conditions très favorables a des effets comparables à la possession de ressources naturelles précieuses : il favorise la mauvaise gouvernance, est source de conflits et sape l'épargne et les investissements locaux.

Fermer graduellement le robinet


Elle propose que les principaux donateurs s'entendent pour annoncer la fermeture graduelle des robinets de l'aide sur une période de cinq à dix ans. Les pays concernés réorienteraient leurs économies vers des sources de financement privés aux effets secondaires moins nuisibles. Moyo préconise le recours au marché obligataire, l'essor du microcrédit, le renforcement du droit de propriété et des mesures drastiques pour favoriser le commerce. Elle considère le Botswana, qui a prospéré après avoir rejeté la culture de l'assistance, comme un modèle à suivre.

Au risque de choquer, elle vante aussi les mérites de l'offensive chinoise en Afrique. Elle critique, au passage, le Belge Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement (BEI), pour ses attaques contre les banques chinoises, accusées de s'être emparées de certains projets en offrant de supprimer ou d'édulcorer les conditions imposées par la BEI en matière de traitement des travailleurs et de protection de l'environnement.

Encore plus iconoclaste est son éloge du despotisme éclairé : elle rappelle les succès économiques de Singapour et d'autres pays asiatiques peu démocratiques et cite abondamment le président rwandais Paul Kagame, prompt à dénoncer les « erreurs des donateurs » qui « veulent choisir eux-mêmes où ils mettent leur argent » et « se trompent dans le choix de leurs partenaires ».

« Elle souligne l'effet de dépendance »


« L'aide ne marche pas bien, en Afrique subsaharienne spécifiquement, admet Eric Driesen, président de l'ONG belge Aquadev. Les effets de dépendance engendrés par l'assistance telle qu'elle se pratique devaient être soulignés. Il y a un intérêt à ce que cette vérité soit dite par une ressortissante du continent. Son livre fait débat en Afrique anglophone, où cela bouge au niveau des idées. Mais l'analyse économique de Dambisa Moyo ne me convainc pas. Il manque aussi, selon moi, une explication, fondamentale, sur les déficiences des élites. »

« Nous avons habitué des chefs d'Etat voyous à ne pas être comptables de l'aide octroyée, reconnaît Louis Michel. Nous leur donnions de l'argent d'une main et faisions, de l'autre, notre mea culpa pour le passé colonial. Cinquante ans après les indépendances, certains dirigeants africains n'ont toujours qu'un mot à la bouche : c'est la faute aux autres ! » L'eurodéputé belge estime que l'aide internationale devrait se focaliser sur l'administration, la justice, l'enseignement : « Tant que ces pays ne sont pas des Etats, ils ne se développeront pas. » Selon l'ONG ActionAid, 47 % du total de l'aide est totalement inefficace pour renforcer les capacités d'un pays et réduire la pauvreté.

« L'analyse de Dambisa Moyo sur l'échec de l'aide néglige un élément clé, lance Arnaud Zacharie (2), secrétaire général du Centre national de coopération au développement : les relations Nord-Sud ont été, dès l'origine, déterminées par l'axe Est-Ouest du nouveau monde bipolaire. Le développement a donc été conçu pour répondre aux objectifs de la guerre froide. Depuis 1999, les programmes d'ajustement structurels sont remplacés par des plans de réduction de la pauvreté. Mais aujourd'hui, le concept de développement lui-même est en crise. »

Zacharie poursuit : « Les inégalités sociales et les limites écologiques de notre temps impliquent de remettre en cause les modes de production, de consommation et de répartition des richesses. Cela rend obsolète la théorie du développement fondé sur la croissance économique et la libéralisation des marchés. » Une certitude : l'impact des crises globales - financière, économique, sociale, alimentaire, climatique - dans les pays pauvres provoque une dégradation des indicateurs de développement. Dix ans après leur adoption, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), sont hors d'atteinte pour nombre de pays du Sud (3).

OLIVIER ROGEAU

(1) L'Aide fatale. Les ravages d'une aide inutile et de nouvelles solutions pour l'Afrique , par Dambisa Moyo (JC Lattès).

(2) Arnaud Zacharie a dirigé l'ouvrage collectif Refonder les politiques de développement , sorti ces jours-ci aux éd. Le Bord de l'eau.

(3) Les Assises belges de la coopération (4 mai 2010) auront précisément pour objectif la recherche de pistes en vue d'accélérer la mise en oeuvre des OMD.

Source :http://levif.rnews.be/fr/news/actualite/international/l-aide-a-l-afrique-une-drogue-nefaste/article-1194709782318.htm?utm_source=Newsletter-29-03-2010&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-Site-LeVif-FR-fr

Dire que les "âmes" charitables sont  "une plaie" pour l'Afrique !

Contester l'apport de l'Europe, l'apport de la bonne culture, de la bonne religion, des bonnes frontières, que le Traité de Berlin (1885) avait permis de séparer les ethnies en rassemblant des parties d'ethnies entre elles (apprentissage de la cohabitation) !
Alors que l'Afrique n'avait pas de culture, de vraies religions, que les frontières africaines étaient des frontières d'ethnies (ceci n'avait pas de sens!).

C'est vraiment faire preuve de myopie mentale !
Cette femme est une insensée !

A moins que ... ce ne soyons nous, les européens, des insensés, voire des criminels !
Il est, très certainement,  temps que nous regardions nos oeuvres d'hier et d'aujourd'hui en Afrique; plutôt que de rester figés sur notre passé, par les commémorations de nos crimes du milieu du XX° siècle sur le sol européen.

Voir un autre livre intéressant sur :
http://fr.raelafrica.org/page.php?14

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 12:41

 

EXPÉRIENCE SCIENTIFIQUE

Quand la télé vous manipule

Par Emmanuel Berretta

 

En 1963, le professeur de psychosociologie Stanley Milgram inventait une expérience démontrant à quel point un individu peut obéir à un ordre contraire à ses valeurs. En l'occurrence, l'individu se voyait demander d'infliger des décharges électriques de plus en plus fortes à un prétendu cobaye. Une expérience popularisée par le film I comme Icare , d'Henri Verneuil. Le cobaye était, en fait, de mèche avec le professeur et ne recevait nullement ladite électrocution. Il était situé dans une pièce voisine et se contentait de gémir en fonction des voltages de plus en plus puissants... Tout cela n'était qu'un subterfuge de manière à examiner le comportement de celui qui, obéissant aux injonctions du professeur Milgram, était capable d'infliger la charge électrique maximale. À l'époque, 62 % des personnes avaient obéi jusqu'au bout en se mettant dans "un état agentique", selon l'expression du professeur... 47 ans plus tard, combien d'entre nous, placés dans des conditions identiques, sont capables d'infliger jusqu'à 460 volts ? C'est ce que France 2 a voulu tester, en s'appuyant sur l'équipe du professeur Jean-Léon Beauvois, chercheur en psychologie sociale, dans un documentaire passionnant, Le Jeu de la mort , réalisé par Christophe Nick, diffusé le 17 mars prochain en prime time.

France 2 a légèrement modifié les paramètres de Milgram. Ici, il s'agit de vérifier l'impact de l'autorité quand celle-ci, au lieu d'être incarnée par un scientifique en blouse blanche, repose entre les mains d'une simple animatrice télé, en l'espèce, Tania Young. L'équipe du professeur Beauvois a donc reproduit l'expérience de Milgram, mais en la transposant dans un faux jeu télévisé. Une petite annonce passée dans la presse a permis de sélectionner 80 candidats. Chacun d'entre eux pensait participer au pilote (non diffusé) d'un nouveau jeu télé pour le compte de France Télévisions. Leur participation est bénévole. Un public est présent, qui applaudit comme dans les vraies émissions de jeu...

Le supplice de la chaise électrique

Le jour du tournage, les personnes sélectionnées se voient expliquer la règle : elles devront questionner un autre candidat (en fait, un acteur de mèche avec les scientifiques), lequel devra retenir 27 associations de mots. À chaque mauvaise réponse, le questionneur devra, en guise de "punition", pousser un levier et ainsi soumettre le candidat fautif à une décharge électrique de plus en plus importante. Le spectre du voltage part de 20 volts pour aller jusqu'à... 460 volts, en grimpant par tranche de 20 volts... Première surprise : aucun des 80 postulants ne conteste, à ce stade, le principe même du jeu. Comme chez Milgram, l'acteur n'est pas visible du questionneur. Il entre dans une capsule où on l'attache à une chaise électrique, puis on referme la capsule. Si bien que le questionneur est entretenu dans l'illusion que les décharges sont réelles, car il entendra les réactions à la douleur du faux candidat, mais ne le verra pas gigoter sur sa chaise. Et pour cause : l'acteur sort de la capsule par un petit passage secret, dissimulé à l'arrière. Ce qui va se passer à partir de là nous plonge dans une certaine horreur...

À 80 volts, devant la douleur (feinte) de l'électrocuté, le rire du questionneur est la première réaction de décompression. "Le rire relaxe et permet au cobaye de poursuivre vers de plus hauts voltages", explique Jean-Léon Beauvois. À 180 volts, les cris de l'acteur sont plus vifs : un premier groupe de questionneurs se rebelle. "À ce moment-là, 17 % des questionneurs décident de tricher en appuyant de la voix les bonnes réponses au QCM", observe le professeur Beauvois. À 320 volts, l'acteur supplie d'arrêter le jeu, mais l'animatrice Tania Young presse le questionneur : "Ne vous laissez pas impressionner, continuez..." Comment poursuivre la torture ? 70 % de ceux qui persistent nient la victime en parlant pendant qu'elle crie. À 380 volts, l'acteur ne réagit plus. Le silence fait croire que la décharge l'a fait s'évanouir. Et malgré cela, 80 % des questionneurs vont au bout de l'horreur... C'est plus qu'en 1963 ! Sur les 80 personnes testées, trois n'ont pas souhaité que leur passage figure dans le documentaire. Sur ces trois personnes, deux font partie des désobéissants. Plus intrigant, le "champion des rebelles" a refusé de se montrer. Il s'agit d'un individu qui, non seulement, a désobéi, mais a réussi à retourner en sa faveur le public de l'émission afin que cesse le tournage.

Désobéir ? Un exploit

Désobéir ? Visiblement, c'est difficile pour un individu isolé, soumis à la pression, même d'une simple animatrice. Ils ne sont donc que 17 sur 80 à avoir osé se rebeller contre l'autorité. La situation de l'expérience est, bien entendu, artificielle et mérite d'être relativisée. "Ceci ne se produirait pas dans le cadre d'une entreprise où un individu, soumis à un ordre contraire à ses principes, pourrait toujours s'appuyer sur, par exemple, ses collègues pour refuser d'obéir." Ici, l'individu n'a aucun recours. Il passe pour la première fois à la télé. Les caméras, les lumières, le public, tout l'impressionne. Et puis, il a confiance dans la production qui, pour l'inciter à aller plus loin, lui fait savoir, par l'intermédiaire de l'animatrice, qu'elle le décharge de toutes ses responsabilités... Le cobaye subit cinq degrés d'injonction. Si, à la cinquième, il continue à résister, le jeu s'arrête. L'expérience le considère comme un désobéissant.

L'équipe de Jean-Léon Beauvois a introduit des variantes sur un petit échantillon des cobayes. Dans la première d'entre elles, l'animatrice se retire et confie la maîtrise du jeu au seul questionneur. Dès lors, sans la pression de l'autorité, le taux de désobéissance monte à 75 %. Deuxième variante : introduire un conflit entre deux autorités légitimes. Le scénario est le suivant : à 180 volts, une personne de la production fait irruption sur le plateau sur le mode "On arrête tout, ça dérape, c'est une catastrophe !" Tania Young, au contraire, insiste pour poursuivre le tournage. Le questionneur observe donc que quelque chose cloche. Il doit choisir son camp : l'animatrice ou la chargée de production...

"La télévision est mûre pour tuer"

C'est ici l'une des différences majeures avec l'expérience de Milgram, lequel avait lui aussi introduit ce conflit entre autorités : en 1963, la désobéissance était massive. Aujourd'hui, les questionneurs ont continué à pousser les décharges en se rangeant aux ordres de l'animatrice Tania Young ! "Des situations qui produisaient le désordre n'en produisent plus", constate le professeur Beauvois, tandis que Christophe Nick, l'auteur du documentaire, en déduit que "la télévision est mûre pour accueillir un jeu où le but consiste à tuer son prochain".

Conclusion sans doute un peu exagérée, non ? "Cette expérience est terrifiante parce qu'elle montre que nous obéissons davantage à la télévision qu'à n'importe quel pouvoir, conclut-il dans L'Expérience extrême , un ouvrage (aux éditions Don Quichotte) qui relate les détails de cette aventure humaine aux confins de l'horreur. C'est la dérive de la télévision commerciale vers des programmes de plus en plus violents qui a banalisé la torture sur un plateau." Un réquisitoire qui sera débattu juste après la diffusion du documentaire le 17 mars prochain, autour de Christophe Hondelatte.

 

Source : http://www.lepoint.fr/actualites-medias/2010-02-24/experience-scientifique-quand-la-tele-vous-manipule/1253/0/427607

Publié le 24/02/2010 à 20:44 - Modifié le 25/02/2010 à 11:06 Le Point.fr


Voir aussi : TV: "Plus un individu se croit libre, plus il est manipulable"

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/tv-plus-un-individu-se-croit-libre-plus-il-est-manipulable_851247.html

 

Le temps passe le système  "d'informations" reste !


Il y a 50 ans ou aujourd'hui, même combat : comment diriger la population; comment lui faire croire, à son insu de plein gré, qu'elle n'agit pas conditionnée et sottement!

Le "bon, le plus fort" conditionnement est celui dont on ne se doute pas.

Même méthode qu'au temps du Roi Soleil, La Fontaine le montrait dans "les animaux malade de la peste" : le baudet était le coupable des maux de la Terre, les Princes, les" Grands" étaient hors cause.

Ce qui fait que la population accepte son fardeau, accepte la fabrication de "boucs émissaires", accepte d'être le garant, le gardien, l'acteur de la manipulation.

La population est tellement soumisse à la manipulation, à l'autorité manipulatrice, qu'elle se trouve en dissonance cognitive lorsqu'il s'agit de désobéir à un ordre qui est, au premier abord, répugnant à ses valeurs humanistes.

Mais, si c'est l'autorité qui le dit ... C'est qu'il y a de "bonnes raisons"; et, comme aux temps des Rois : bon sang ne saurait mentir !!!

 

Agir par sa conscience quelques soient les pressions, l'autorité, n'est pas facile; d'autant plus lorsqu'on est "formaté" à ne pas remettre en cause les ordres, en particulier, des autorités, politiques, sociales, religieuses.

 

Une fois de plus, le rempart à la barbarie est la règle basique : Aucune cause, aucune action ne peut justifier la souffrance (physique) ou la mort d'un humain, même si l'avenir de l'humanité en dépendait.

 

Hors de ce principe tout est permis, car je ne peux blesser l'autre avec des paroles; les paroles étant du "vent" et le "vent"  n'a pas de pouvoir sur le mental des êtres. Par contre, je peux me blesser avec le "vent", j'ai tout pouvoir sur moi-même et je suis le seul.


Suite, jeudi 17 mars :
 
http://actu.dna.fr/24fa514aada7d26da4dd3f.2d.005.html

Et Commentaire de Raël :
En perdant sa capacité de jugement et sa conscience, en se laissant manipuler par les médias et les pouvoirs, tout être humain, sans exception, est capable de n'importe quel crime. C'est ce que l'on a vu sous le régime nazi et dans bien d'autres génocides.
Mais c'est également ce que l'on voit en France avec la haine "anti secte" générée par les médias en mal d'audimat et des politiciens en mal d'électeurs. L'utilisation de l'infâme rapport sur les "sectes dangereuses"
, pointant du doigt des minorités dont le seul crime est de penser différemment, est très révélateur. Cela montre une complicité réelle entre les médias et les politiciens comme le procès de Nuremberg l'a montré en condamnant à mort un journaliste allemand ayant incité à  l'antisémitisme.
Toutes les soi-disant "belles consciences" qui prétendent regretter avoir commis de tels actes en se soumettant à l'autorité de la télévision, n'hésiteraient sûrement pas, dès le lendemain, à discriminer ou à insulter le membre d'une "secte", montrant qu'il ou elle n'a rien retenu de sa prétendue "prise de conscience". Et les chiffres de ceux allant jusqu'aux décharges mortelles auraient sûrement été nettement plus élevées si les victimes avaient été Juifs, noirs, arabes, ou Raëliens.
Seule une action concertée des autorités et des médias, pour rééduquer les gens à ne plus haïr les différences, et ce dès l'école, pourra changer cela. Alors seulement pourrons nous espérer une société meilleure. Sinon rien ne changera et les médias criminels et les politiciens pourris continueront de jeter en pâture aux haineux des minorités innocentes.

Repost 0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 06:03

 

Le transsexualisme n'est plus une maladie mentale en France


Voir l’article :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/12/le-transsexualisme-n-est-plus-une-maladie-mentale-en-france_1305090_3224.html#xtor=RSS-3208

 

La France est le premier pays au monde à ne plus considérer le transsexualisme comme pathologie mentale"

 

La France première au monde !

Magnifique, formidable !

Je dirais même plus : c’est plus formidable que … 11 joueurs de football gagnants la coupe du monde.

Voici une nouvelle qui pourrait faire la une de tous les média.

Mais, à chacun ses valeurs et … intérêts !


Donc les transsexuels ne sont plus considérés comme de malades mentaux ; fort bien !

Mais alors !?

Tous ceux qui, hier et encore aujourd’hui, les considéraient comme des malades mentaux, ne seraient ils pas, en conséquence, des malades mentaux et, également, susceptibles de séjourner dans des hôpitaux psychiatriques ?

Atteints de la maladie du refus de la différence et de la criminalisation de la différence ?

Est-ce grave docteur ?

Possible !?

Non !?

Cependant !

En France nous avons une culture de la tolérance envers tous ceux qui ne tolèrent pas la différence ou qui changent d’avis selon les événements (d’où vient le vent) ; exemple fort du passé beaucoup de français étaient pétainistes et très peu gaullistes à un moment donné, puis beaucoup de gaullistes et plus du tout de pétainistes ; et ce changement c’est fait … pour beaucoup naturellement, sans état d’âme.

 

Si les transsexuelles étaient majoritaires en nombre, dire qu’ils étaient des malades mentaux serait puni de prison ; mais étant donné qu’ils sont très minoritaires, dire qu’ils étaient des malades mentaux, peut se qualifier d’un point de vue personnel inadéquat, manquant d'informations !

 

Penser autrui et  penser avec amour étaient, et sont encore, des exercices  mentaux  peu communs et peu reconnus.

Mais, nous sommes en bonne voie, la loi nous y insite !

Repost 0
Published by lovyves - dans société
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 10:30

 

De la nuit des temps jusqu’à 1858, il n’existait qu’une théorie sur l’existence de la vie et de l’Homme :

Dieu.

Dieu étant le créateur de tout.

 

Cette théorie étant tellement bien admise, qu’elle en était devenue rationnelle pour les Hommes des ces époques. Ne pas croire en Dieu et à ses œuvres n’était pas raisonnable. Penser hors Dieu, était signe de folie.

 

Puis avec Darwin et d’autres, vient la théorie de l’évolution.

Une théorie reposant sur les découvertes archéologiques et les moyens scientifiques de datation.

Cette nouvelle théorie est devenue aussi hégémonique ces derniers temps que l’ancienne l’était. Ne pas adhérer à cette théorie est un signe de folie, ou, plutôt d’étroitesse d’esprit et de manque de raisonnement.

 

Pourtant !

Si la théorie de l’évolution est empiriquement scientifique ; elle est toujours une théorie.

Car, malgré beaucoup de recherche scientifiquement depuis 1953 (tentative de reproduire la « soupe » primordiale (Expérience de Miller-Urey), l’homme n’est pas encore arrivé à reproduire en laboratoire l’évolution.

Peut être que dans les années à venir ce sera chose faite.

Et, le jour où l’Homme aura réussi cet exploit, l’évolution naturelle par le hasard, l’adaptation des espèces et leurs transformations sera une théorie morte, un mythe du passé. Tout peut se faire par la volonté conscience de l’humain.

 

L’Homme sera devenu démurge, créateur de la vie et de la nature.

La vie et l’évolution seront un fait scientifique de l’Homme.

 

Alors la question qui se posera :

Deux possibilités :

1° Que le passé était un temps ou la nature évoluait au gré de hasards, le présent et l’avenir à l’infini sont des temps qui évolueront au gré de l’Homme.

2° Que le passé était un temps où l’Homme (Terriens) n’avait pas le savoir pour comprendre qu’il est le créateur du vivant. Que dans l’espace et le temps, hors de la conscience créatrice, la loi de l’entropie gère les choses vivantes.

 

De ces 2 possibilités, j’en conclus :

Dans la 1° hypothèse l’Homme serait un être unique dans le temps et l’espace, spécifique à la Terre.

Dans la 2° hypothèse, l’Homme serait un être commun dans le temps et l’espace, une espèce consciente d’elle-même et se dispersant dans l’espace au gré de planètes propices à l’implantation de la vie.

 

L’Homme est abruti faute de science (Bible : Jérémie X).

Comme dans le passé, le commun d’aujourd’hui était l’impensable d’hier et l’impensable d’aujourd’hui est, sans doute, le commun de demain.

 

 

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 18:14

 

 

URGENT SIDA! LUC MONTAGNIER AVOUE:"ON PEUT GUERIR ...

Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, découvreur du "virus du SIDA"
retourne sa veste et proclame la vérité sur celui-ci. Il dénonce la
supercherie très lucrative qui, en plus d'avoir conduit à la mort
médicamenteuse des millions d'êtres humains à travers le monde, rapporte
encore des milliards de dollars ! Il annonce également que l'on peut en
guérir et dénonce une supercherie très lucrative ! Une vraie bombe atomique
pour la "recherche" qui est en train de nous concocter un bon vieux vaccin
pourri histoire de continuer à ramasser des milliards d'euros...:

 

Voir la vidéo :http://www.dailymotion.com/video/xbrwl7_urgent-sida-le-dr-luc-montagnieron_news

Des extraits :

Des mesures simples

Une nourriture suffisante et équilibrée

De l’hygiène. De l’eau

Des antioxydants.

Ceci suffit à avoir bon système immunitaire.

Des mesures simples et pas coûteuses, pas spectaculaires.

Mais elles ne sont pas financées, il n’y a pas d’argent pour la nutrition, car il n’y a pas de profits à faire !

 

 

Lutter contre le SIDA par la nourriture !

Mais c’est scandaleux !

Ces propos ne peuvent venir que de la bouche d’un charlatan de la médecine.

Il est urgent de le dénoncer à l’ordre des médecins et à la MIVILUDES !

 

Et, oui justement, que font donc l’ordre des médecins et la MIVILUDES si prompts, d’habitude, à dénoncer les gourous, les sectes, les charlatans de la médecine?

 

Peut être que pour ces deux officines les mêmes propos ( considérés par elles comme du charlatanisme) dits selon que l’on soit un médecin de campagne ou que l’on soit un Prix Nobel de médecine, rend la personne coupable ou innocente. Elles sont courageuses, mais pas téméraires ; le bon sens préconise de ne s’attaquer qu’aux faibles.

Face à un puissant le silence est d’or.

 

La malnutrition, le manque d’hygiène, le manque d’eau sont les vecteurs des maladies.
Eradiquer ces insuffisances, comme le préconise le Professeur Luc Montagnier, c’est casser le marché lucratif des médicaments et des vaccins. C’est mettre en péril les firmes pharmacologiques, pour lesquelles « la santé » n’est qu’un produit d’appel… Et de ce fait n’a justement aucun intérêt si cet objectif de « santé » était atteint par la population. Seuls les malades consomment des médicaments.

La santé c’est la ruine de la médecine et de la pharmacie…d’aujourd’hui !

Peut être que les plus grands charlatans sont là où l’ordre des médecins et la MIVILUDES ne cherchent pas !?

 

Repost 0
Published by lovyves - dans société
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 18:39

De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.

    L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.

 

…Les références qui ont inspiré ce travail et plus généralement ma vie sont explicites dans ce film : Diogène de Sinoppe, Étienne de La Boétie, Karl Marx et Guy Debord.

 

Bande annonce : de la servitude moderne

http://www.michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=1523&Itemid=16

 

Le film 

http://delaservitudemoderne.org/francais1.html

 

Ce film me parait très intéressant, une mise à jour de « la société du spectacle de Guy Debord, voir sur ce site : http://srv07.admin.over-blog.com/index.php?id=4560028&module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=901264324272

 

 Permets de comprendre le fonctionnement de la société, la  manipulation des masses et de dénoncer le vrai visage de notre aveuglement collectif.

Mais de ce qui est des solutions, pour former une société viable, meilleure, apparemment, la seule solution proposée est  autogestion.

Et qui plus est, sur les ruines de la société actuel ; car, les images et paroles de la fin du film ne font état que de destruction.

 

L’autogestion me parait être déjà dans le système de la servitude volontaire (*) et à déjà été appliquée à petites échelles (usine montres «Lip ») et plus ou moins déviée, un pays : la Yougoslavie de Tito.

L’autogestion est, comme le mot l’indique, la gestion par soi même ; la gestion d’une usine par l’ensemble du personnel ; la gestion du pays par l’ensemble des citoyens. Ceci signifie que la voix, l’avis de tous les citoyens ont la même valeur. Cette démocratie directe, participative a pour résultat que l’avis des moyens (plus nombreux) l’emportera ; l’avis des moyens intellectuellement ; donc cette démocratie a pour réalité la médiocratie (le milieu, la moyenne). Médiocre ne signifie pas mauvais, mais moyen.

 

Peut on faire un monde meilleur en détruisant le présent et en proposant la médiocratie (autogestion) comme nouvelle base, comme solution pour le vivre ensemble demain ?

Dès que l’on a à l’esprit la volonté de détruire l’existant, pour que demain soit enchanteur, cet état d’esprit pénètre en soi ; et, demain, en ayant le pouvoir, ce sera très difficile de perdre cet esprit destructeur. Les tyrans et les gouvernements tyranniques ont toujours présenté au peuple des solutions aux maux du présent ; ces solutions étant, généralement, démagogiques, voire simplistes (ce qui plaît  toujours, au peuple). A leur insu, les gens simples ou peu instruits ne peuvent appréhendées que des solutions leurs correspondant.

 

(*) Discours sur la servitude volontaire, La Boétie.

Voir : http://www.non-violence-mp.org/la%20nonviolence_fichiers/laboetie.htm

 

 

Pour remplacer la servitude moderne, nous avons besoin de :

1)       D’une société sans argent : pour ceci, il faut que les robots remplacent l’Homme au travail. Tant que nous n’aurons pas la technologie pour que tous les travaux du primaire, secondaire et tertiaire soient faits par des robots, une autre société que la société libérale marchande est un leurre ; et, tous ceux qui prétendent et veulent faire croire que c’est possible sans ceci, sont des marchants d’illusions, et des marchants du système présent.

2)        Ce n’est pas le système de fonctionnement de la société qui est primordial, mais l’homme et son état d’esprit. Un monde meilleur ne peut se faire qu’avec des Hommes meilleurs. C’est l’état d’esprit (la conscience) de l’homme qui fait la société. La société est son résultat. Tant que chaque humain a une envie de destruction, de non fraternité, il n’y aura pas d’humanité harmonieuse.

3)       Fin  de la division arbitraire (guerrière) des humains en  des Etats concurrents, c’est à dire une mondialisation de la gouvernance en respectant les particularités régionales (de cultures et autres).

4)       Quand les trois premières conditions seront esquissées, alors se posera la solution de l’efficacité dans la gestion de la société. Le fonctionnement et l’évolution  d’une entreprise dépendent essentiellement des bonnes décisions prises ; et, ceci ne peut être l’œuvre que des dirigeants compétents. Si l’on demandait à un ouvrier : quelle est la stratégie à prendre pour les dix à venir ; il serait dans l’incapacité, avec la meilleur volonté possible, de trouver les bonnes décisions.

5)       Il en est de même pour un Etat ou pour toute l’humanité, il faut une gouvernance mondiale des plus compétents dans l’intérêt de tous, c’est à dire la géniocratie .

 voir : le besoin de géniocratie : http://fr.raelianews.org/news.php?item.191.5

       Et le livre : http://fr.rael.org/download.php?list.6

 

Repost 0

Présentation

  • : Philo Futur Raël
  • Philo Futur Raël
  • : Philosophiquement, religieusement et politiquement incorrect ! Seul l'impensable mérite mon attention !
  • Contact

Recherche