Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 06:53

Ou les mesures prises et leurs conséquences

 

Interventions militaires en Libye et en Côte d’Ivoire

Origines et vicissitudes du « droit d’ingérence »

En moins d’un mois, l’Organisation des Nations unies (ONU) a autorisé par deux fois le recours à la force, en Libye et en Côte d’Ivoire. Exceptionnelles, puisque la Charte de l’ONU prône le règlement pacifique des différends, ces décisions sont fondées sur la récente reconnaissance du « devoir des Etats de protéger les populations civiles ». L’ONU serait-elle en passe de valider un « droit d’ingérence » à géométrie variable ?

Par Anne-Cécile Robert

« J’ai donné l’ordre de prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’usage d’armes lourdes contre la population civile », déclare le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), M. Ban Ki-moon, le 4 avril 2011. Quelques heures plus tard, à Abidjan, les hélicoptères de combat de l’ONU et la force française Licorne se joignent à l’offensive des troupes de M. Alassane Dramane Ouattara contre celles du président sortant Laurent Gbagbo.

Dans les couloirs de l’organisation, à New York, cette décision suscite un certain malaise. Si la résolution (n° 1975) du Conseil de sécurité qui la fonde a été adoptée à l’unanimité, le 30 mars 2011, des fonctionnaires expriment des doutes quant au pouvoir du secrétaire général de donner un tel « ordre » (qui reviendrait au seul Conseil de sécurité) et soulignent l’ambiguïté de l’expression « mesures nécessaires ». La grande liberté que laisse celle-ci aux acteurs engagés au nom de l’organisation fait craindre des dérives. « Ce n’est pas dans la culture des Nations unies de mener des actions militaires fortes ou de prendre parti dans une guerre civile. La Libye, puis la Côte d’Ivoire : cela commence à faire beaucoup », confie un fonctionnaire qui souhaite garder l’anonymat. Un autre ajoute : « Il ne faudrait pas que le recours à la guerre se banalise. »

Dans les ruines encore fumantes de la seconde guerre mondiale, en 1945, les fondateurs de l’ONU ont conféré à la paix une valeur suprême. C’est pourquoi la Charte de l’organisation prohibe, par principe, « l’emploi ou la menace » de la force dans les relations internationales (article 2 § 4). Elle confirme par ailleurs la règle de non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats souverains (article 7 § 1).

Souvent décriée aujourd’hui, cette règle visait initialement la préservation de la stabilité internationale. En effet, les grandes puissances n’hésitaient pas autrefois à intervenir militairement dans des pays étrangers sous les prétextes les plus divers (protection de nationaux, recouvrement de dettes, (...)

Source : http://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/ROBERT/20488

 ET:

Un Raëlien Français abattu en Côte d'Ivoire probablement sur ordre de l'armée française pour avoir dit que les militaires français n'avaient rien à faire en CI à la TV Ivoirienn

Philippe Remond, Professeur à l’Institut National Polytechnique-Félix Houphouèt Boigny de Yamoussoukro et membre du Mouvement Raëlien a été trouvé assassiné dans son hôtel à Yamoussoukro, le lendemain de la prise de contrôle de la ville par les forces d’Alassane Ouattara.

Philippe Remond faisait partie de ces ressortissants français qui ont régulièrement dénoncé l'ingérence de la France dans les affaires de Côte d'ivoire comme le montre cette video:

 http://www.youtube.com/watch?v=FAmMBPEgJNo.

Devenu Raëlien, il a aussi activement transmis les idées de Raël, pour le continent Africain et condamné à nouveau ouvertement sur une chaine de télévision ivoirienne, l'intervention de la France au côté de Ouatarra comme l'a fait le leader du Mouvement raëlien dans ses communiqués sur le sujet.

“Pour les membres du mouvement raëlien de Côte d'ivoire il ne fait aucun doute que cet ardent défenseur d'une solution pacifique à la crise de Côte d'Ivoire, sans intervention militaire, telle que proposée par Raël, a été assassiné sur les ordres de Paris.” explique Brigitte Boisselier, porte parole du Mouvement Raëlien.

Un des leaders du Mouvement Raëlien de Côte d'Ivoire, Zadou Azael, qui en est aussi le doyen, a aussi été maltraité par des partisans du nouveau Président Ouatarra.

“Le guide-evêque Zadou Azael, a été molesté, agressé, humilié, et menacé de mort , dépouillé de son argent et dérobé de sa voiture par des éléments armés des forces républicaines du Président OUATTARA ” explique Brigitte Boisselier. “il est à noter que Zadou appartient à l'ethnie de l'ex-président Gbagbo, l'ethnie bété. A-t-il été inquiété pour son appartenance ethnique ou pour ses convictions politiques et religieuses?.

Depuis des décennies, les Raëliens d'Afrique militent pour une solution pacifique des conflits du continent, pronant l'abolition des frontières coloniales pour retrouver les anciens royaumes et donc le découpage des terres en fonction des ethnies. "Ce retour au découpage pré-colonial permettra de retrouver les relations harmonieuses inter ethniques qui existaient avant que l'occident n'impose son découpage et qui pourraient se concrétiser dans la création des Royaumes Unis de Kama.

“Philippe Remond a payé cher pour oser proposer et défendre ces solutions généreuses et conscientes mais qui déplaisent aux colons.” ajoute Brigitte Boisselier. "Au vu de cet assassinat et de l'aggression subie par le doyen des raëliens de Côte d’Ivoire, au vu aussi de la façon dont la France maltraite les Raëliens sur son territoire, nous craignons vraiment pour la vie des Raëliens de Cote d'Ivoire et lançons un appel pour que cessent les interventions militaires et para-militaires de l'armée française dans le pays.

 Source : http://fr.raelianews.org/news.php?item.334.7

 

Les mesures des plus forts sont toujours les meilleures !

Normal, c'est une question de poids !

Ainsi va encore le monde !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Philo Futur Raël
  • Philo Futur Raël
  • : Philosophiquement, religieusement et politiquement incorrect ! Seul l'impensable mérite mon attention !
  • Contact

Recherche