Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 17:02
Chine : un plan de lutte contre la pollution mais priorité à la croissance économique !


Par Séverine Alibeu - le Mardi 05 juin 2007

http://ecologie.caradisiac.com/Chine-un-plan-de-lutte-contre-la-pollution-mais-priorite-a-la-croissance-economique-733

La Chine a publié son plan de lutte contre le réchauffement climatique.
Il concerne les secteurs industriels et énergétiques. Pékin a annoncé que le développement économique resterait primordial : "La Chine continuera de lutter contre le réchauffement climatique en harmonie avec ses stratégies de développement. Les priorités d'un pays développé sont un développement fiable et l'éradication de la pauvreté." Sa croissance économique ne sera pas sacrifiée sur l'autel du combat contre le réchauffement de la planète ! Ce plan prévoit de mettre l'accent sur des mesures d'économie d'énergie (l'efficacité énergétique), sur l'adaptation de l'agriculture aux nouvelles contraintes climatiques (variétés moins consommatrices d'eau) et sur la reforestation (pour absorber et transformer le dioxyde de carbone). Il mentionne que ce sont les pays développés qui doivent assumer la responsabilité majeure du réchauffement climatique puisqu'ils sont à ce jour à l'origine de la plupart des gaz à effet de serre qui stagnent dans l'atmosphère.

Le président chinois, Hu Jintao, assistera demain à l'ouverture du sommet du G8 en Allemagne au cours duquel le réchauffement climatique sera très abordé. La Chine fait l'objet de pressions internationales afin qu'elle accepte une limitation de ses rejets de gaz à effets de serre, l'une des causes du changement climatique. Ce pays a considéré le plan proposé par le président George W. Bush comme une "évolution positive" pour lutter contre le réchauffement climatique mais a souligné que ce plan devait compléter le protocole de Kyoto et non s'y substituer.
Le plan Bush prévoit de réunir cette année les représentants de quinze pays, dont la Chine, pour s'entretenir des évolutions climatiques et dégager des objectifs à long terme d'ici à la fin de l'année 2008.

La première phase du protocole de Kyoto, conclu sous l'égide de l'Onu en 1997, arrive à expiration en 2012. Bien qu'elle ait signé ce texte, la Chine, comme les autres pays en développement, n'est contrainte par aucun objectif chiffré en termes de plafonds d'émissions de gaz à effet de serre. Ma Kai, directeur de la commission du Développement national et des Réformes qui supervise la politique climatique de la Chine, a mis en avant que tout nouvel accord devrait compléter, et non remplacer, l'architecture de Kyoto : "Notre position générale, c'est que la Chine n'acceptera aucun objectif chiffré de réduction de ses émissions, ce qui ne signifie pas pour autant que nous n'assumerons aucune responsabilité dans la réponse à apporter au changement climatique."

En raison de son essor économique, le Chine est un des principaux responsables des rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. C'est aussi un pays pauvre dont la population, la plus nombreuse de la planète, aspire à un niveau de vie plus proche des principales puissances mondiales. En données brutes, la Chine devrait dépasser cette année ou l'année prochaine les Etats-Unis au rang de premier émetteur mondial de dioxyde de carbone, principal gaz industriel à effet de serre. Mais en rapportant cette quantité de rejets à la taille de sa population (1,3 milliard d'habitants), la Chine présente un ratio émissions de GES/habitant sans rapport avec les pays riches. Les autorités chinoises l'estiment ainsi inférieur de 80% à celui des Etats-Unis - même si l'écart tend à se réduire.

Yang Ailun, activiste de Greenpeace chargé du dossier climat à Pékin, souligne : "Ce que la Chine tente de faire est évident : d'une part, elle essaie d'introduire des mesures domestiques ambitieuses, mais, d'autre part, elle adopte une position très dure dans les négociations internationales, à l'image de ce qu'a dit Ma Kai sur l'historique et les émissions par habitant".

Source : Reuters

Voici un commentaire pas du tout politiquement correct !

Commentaire de Raël : et la Chine a raison ! demander aux pays en voie de dévelopement de placer la protection de l'environement avant le développement économique c'est toujours du colonialisme. En d'autres mots, cela donne : "Nous, les pays développés, avons beaucoup pollué la
planète en devenant riches, maintenant, vous, les pays pauvres, vous n'avez pas le droit de polluer le monde en vous développant, de cette façon, nous pourrons garder notre avantage"....
Le seul message juste serait : "Maintenant que nous nous sommes bien développés, nous allons dépenser tout les profits, accumulés illégalement en pillant vos pays avec le coloniallisme, pour amener notre niveau de pollution à zero et pour déveloper des technologies de dépollution pour vous les donner gratuitement. De cette façon vous pourrez vous déveloper sans vous inquièter de la pollution, jusqu'à ce que vous soyez au même niveau économique que nous. Ensuite, toutes les normes de pollution serons les mêmes pour tous."
Les pays développés devraient même avoir le fardeau financier des normes et des technologies contre la pollution dans les pays en voie de développement car les problèmes de pollution du monde sont de leur faute et aussi afin d'égaliser l'économie mondiale. Laissez les pauvres devenir riches avant de leur demander de ralentir leur developpement tandis que les pays riches vivent dans un luxe opulent et choquant et continuent à dominer le monde par la colonisation économique.

Serait il possible que le choquant soit bienséant et le bienséant choquant !

Partager cet article

Repost 0
Published by lovyves - dans philo-du-futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Philo Futur Raël
  • Philo Futur Raël
  • : Philosophiquement, religieusement et politiquement incorrect ! Seul l'impensable mérite mon attention !
  • Contact

Recherche